Police de sécurité au Quotidien

, par udfo36

Un questionnaire visant à recueillir l’avis des 250.000 policiers et gendarmes de France a été envoyé dans le cadre de la concertation sur la police de sécurité du quotidien (PSQ)

Le souhait de mise en place de cette police de sécurité du quotidien résulte d’un sentiment d’insécurité de la part de nos concitoyens. Sentiment d’insécurité partagé par les menaces terroristes mais tout autant par les incivilités du quotidien et la délinquance de voie publique. La population, spectatrice du malaise national qui se met en place, n’identifie plus sa police comme étant là pour la protéger et donc cette confiance a disparu.

Contrairement a la police de proximité, la PSQ ne nécessitera pas de toucher ou modifier l’organisation des commissariats, mais plutôt de modifier la méthode, C’est-à-dire augmenter les contacts avec la population. Une implication des partenaires associés devra être mise en place ou remise au goût du jour afin que chacun, par des échanges et une mobilisation collective, puisse devenir un levier en responsabilité. Il est nécessaire que les autorités administratives et judiciaires, les élus, les forces de sécurité et les acteurs de la vie locale et associative soient impliqués et responsabilisés.

Le ministère de la justice devra accompagner cette évolution en reformant sérieusement la procédure pénale qui entrave l’action des enquêteurs et leur présence sur la voie publique. Les moyens juridiques mis à disposition doivent être adaptés au traitement quotidien des infractions.

Pour que les effectifs soient plus visibles il faudra énormément renforcer les commissariats. Une promesse de renfort de 10000 policiers et gendarmes à été évoquée mais cela reste un minimum.

Il faut mettre un terme à la politique du chiffre ce qui nous rapprocherait de la population et nous permettrait d’assurer la mission numéro 1 et prioritaire des policiers, à savoir la protection des personnes et des biens.

Il faudrait être bien identifié et reconnu par la population par une présence permanente qui ferait reculer un sentiment d’insécurité. Il ne faut surtout pas banaliser certaines infractions et permettre à la population de croire que certains bénéficient d’une impunité totale.

Un apport de nouveaux matériels et une modernisation des outils de travail est indispensable (tablette numérique, smartphone connecté aux différents fichiers nationaux, véhicules... etc) mais il est nécessaire de redéfinir les vraies missions de la police nationale et de supprimer toutes les taches indues afin de prioriser la disponibilité au quotidien des forces de police sur le terrain au contact de nos concitoyens.

Il est nécessaire de permettre aux personnels policiers d’avoir accès à des formations spécifiques afin de s’adapter à l’évolution permanente de la délinquance. Il est indispensable pour la mobilisation de tous de remotiver et rediriger les policiers dans les missions qui sont les leurs. Depuis ces dernières années et la mise en place de réformes impactant les personnels de sécurité, nous avons pu constater une accentuation d’un management essentiellement lié aux résultats.

Mettre en place cette Police de Sécurité du Quotidien est un souhait de notre gouvernement. Sa prise en compte et sa mise en place doivent être réfléchie pour ne pas commettre les mêmes erreurs que par le passé.

La police depuis la mise en place de l’état d’urgence, s’est vue impacter tant sur l’augmentation de la charge de travail que sur les conditions de travail de plus en plus difficiles. Avant toute chose, il faut réparer ce qui ne fonctionne pas avant de vouloir, selon les souhaits des gouvernements successifs, mettre en place des dispositifs supplémentaires. L’actualité nous rappelle le triste chiffre de l’augmentation constante des suicides parmi nos collègues policiers et il est donc nécessaire et indispensable que nos dirigeants se rendent compte que la police souffre et qu’un des points les plus préoccupants c’est de s’occuper du quotidien des policiers afin qu’ils puissent à leur tour s’occuper de la sécurité quotidienne de nos concitoyens dont ils font partie, ne l’oublions pas.

- Renfort d’effectif important et prioritaire
- Prise en compte des risques et du contexte de travail quotidien du policier (risques psycho sociaux, confort et horaire de travail)
- Adaptation de la charge de travail quotidienne et sociabilisations du policier
- Apport important de moyens matériels adaptés
- Suppression des taches indues pour prioriser la présence sur la voie publique des policiers
- Définition des vraies missions
- Reforme de la procédure pénale
- Implication de tous les partenaires